Historique

Initié en 2009 sur l‘idée et l’envie de proposer une alternative et non une manifestation « contre » le Salon de l’automobile, l’Autre Salon se présente comme un lieu d’échanges et de promotion en faveur de toutes les formes de mobilité dites durables ou responsables telles que la marche, le roller, la trottinette, le vélo, le vélo pliant, le vélo à assistance électrique (VAE) et les transports publics, voire l’autopartage et le covoiturage.

Ce nouvel événement, conçu comme un espace de rencontre et d’échange est offert aux résident(e)s de la région genevoise qui subissent et vivent le Salon de l’automobile comme un « rouleau compresseur idéologique », une déferlante de propagande en faveur de l’unique voiture, un véhicule polluant malgré toutes les tentatives de le rendre plus écologique grâce à une couche de peinture verte sur la carrosserie.

L’Autre Salon s’aligne sur les dates du Salon de l’auto pour mieux lui coller à la tôle, tel un bout d’adhésif inoffensif qui finalement attirera toutes les attentions. L’envie est là de détourner l’imaginaire de la voiture afin de rappeler que cette boîte en tôle à 4 roues, lourde et chère, occupe tout notre espace public. Et de dire qu’elle n’est pas toujours nécessaire et qu’il existe d’autres moyens, souvent plus ludiques, de se déplacer sans occuper 10m2 de surface. D’autant plus que l’essentiel de nos trajets sont très courts et dépassent rarement les 5 à 10 kilomètres.

Cet événement réunit non seulement une partie de la population, mais surtout des idées et des initiatives. En 2009, L’Autre Salon avait organisé un festival de films « d’auto-mutilation » dans lesquels les voitures sont montrées destructrices et tueuses. Outre une manifestation d’autodérision « Pro 4x4 », finalement empêchée par la gendarmerie, l’événement a également proposé une exposition vivante intitulée « Comment allez-vous ? » dans laquelle étaient présentées toutes les formes de mobilité « humaines ».

Toutes les animations et les événements de l’Autre Salon sont organisés par des bénévoles souvent membres d’associations telles que Pro Vélo, ATE, Roue libre, Greenpeace, Actif trafic, Swiss Folding Society, etc. …

Et pour clore, s’il fallait garder deux images des événements, le Salon de l’automobile est celle du passé, celle de nos parents et de nos grands-parents qui allaient découvrir chaque année les nouveaux modèles, si possible sur des plateformes tournantes, et celle de l’Autre Salon tournée vers l’avenir !

Pour l’Autre Salon
Eric Vanoncini et Marcel Mühlestein